Autozen : le blog auto au cœur de l'actualité automobile

Volkswagen confirme : les batteries de voitures électriques sont réparables


Certains constructeurs, tels que Volkswagen, prévoient d’ores et déjà des batteries qui pourront être ouvertes et réparées, même si aucune contrainte sur le degré de réparabilité n’a encore été imposée. Cependant, toutes les informations restent strictement confidentielles.

L’accès et la réparation des batteries de voitures électriques en Europe


S’il y a bien un domaine où l’Europe est en avance sur la Chine, c’est sur l’accès et la réparation des batteries de voitures électriques. Bon nombre de marques chinoises (en plus de Tesla) ont en effet conçu leurs modèles d’une telle façon que l’intégration de la batterie, parfois même dans la structure (le fameux « cell to vehicle »), rend l’opération très complexe voire impossible.

Le résultat, c’est une voiture économiquement irréparable en cas de choc même mineur ou de défaillance de la batterie. Un joli gaspillage de ressources et une gabegie économique pour l’automobiliste qui se retrouve face à une double peine : un véhicule « jetable » et des primes d’assurance qui grimpent pour compenser le coût grandissant des réparations de VE au sein du parc routier. Il faut notamment savoir que certaines marques imposent un remplacement de batterie sur un véhicule en cas de déclenchement d’airbag, par souci de sécurité. Et le montant de ces piles est souvent à cinq chiffres !

Les techniciens se forment


Heureusement, certains grands groupes automobiles européens ont tenté de prévoir le coup en amont. C’est le cas de Volkswagen qui rappelle justement que les batteries de ses modèles électriques sont démontables et réparables. Encore heureux, aurait-on envie de dire. La nuance, c’est que tous les centres ne sont pas encore en capacité de prendre en charge ces opérations d’un nouveau genre. Et à l’heure actuelle, cela peut carrément créer des tensions : chez Porsche, notamment, le rappel important des Taycan produit des mois d’attente chez certains clients qui doivent composer avec un réseau encore trop peu formé à ces manipulations.

Lisez aussi  Peugeot prolonge garantie 8 ans à davantage de modèles

Chez VW, la batterie, ça se répare

Volkswagen explique que la réparabilité a été un des critères de développement de la plateforme MEB avant l’arrivée de l’ID.3 sur le marché. Et contrairement à d’autres marques qui ne prendraient pas le risque d’ouvrir et de remettre en état une batterie ayant subi un choc, VW annonce que les techniciens sont désormais formés, notamment dans le cas d’accidents. « En cas d’endommagement du pack batterie, le Technicien fera une évaluation des dommages selon une procédure très précise fournie par le constructeur et qui définit la liste des contrôles à effectuer. Ils comprennent des contrôles externes au travers d’une étude visuelle (plaque de protection de soubassement, état de la batterie, raccords de liquide de refroidissement…), ainsi que des contrôles internes (batterie haute tension ouverte, modules de batterie, calculateur de gestion de la batterie, connecteur haute tension…). Une fois l’évaluation terminée, si la réparation est techniquement réalisable, le technicien procèdera à la remise en état de la batterie, sa fermeture et contrôle d’étanchéité puis sa remise en service. La batterie faisant partie intégrante de la structure du châssis du véhicule, et donc de son équilibre, son remplacement intégral (dépose / repose) prend environ 4h. »

Bien sûr, cela ne sauvera pas toutes les batteries de la « poubelle » en cas de choc, mais c’est toujours mieux que de systématiquement déclarer un véhicule électrique irréparable.

Où les faire réparer ?

A l’heure actuelle, le communiqué ne mentionne pas le tarif horaire moyen de l’opération, qui dépend évidemment des centres et des charges locales (foncier, taille de l’atelier, salaires…). Mais en Allemagne, certains garages facturent l’heure de main d’œuvre spécialisée sur la manipulation des batteries à plus de 400 €. La note peut donc vite grimper, sans même compter les cellules de remplacement… lorsqu’elles sont disponibles. Pour l’instant, Volkswagen dispose en France d’une cinquantaine de centres capables de gérer ces réparations. Ils devraient être plus de 150 dans les mois prochains.

Lisez aussi  Attention à la recharge si vous choisissez la Renault 5 entrée de gamme

Mais tout n’est pas encore rose, loin s’en faut. Selon l’entreprise CarStudios, spécialisée dans l’électronique automobile, à peine la moitié des constructeurs de véhicules électriques dans le monde ont pensé à la réparation de leurs batteries. Les autres auront donc de grandes chances de voir leurs voitures finir à la casse au moindre petit choc. Et puis, se pose la question de l’ouverture des formations à des tiers, comme les réseaux franchisés de garage (Norauto, Midas…) ou encore les indépendants qui ne sont pas en mesure pour l’instant de réparer les batteries de véhicules électriques, en dehors de rares exceptions comme le français Revolte. Pour des opérations bien spécifiques, il faut donc souvent se tourner vers le constructeur et ses concessions, avec ce que cela implique en termes de tarifs et d’absence de concurrence.