Autozen : le blog auto au cœur de l'actualité automobile

Nouveau Toyota Proace 2024 : prix en baisse et look revampé


Les utilitaires du groupe Stellantis (Opel, Peugeot, Citroën, Fiat) viennent d’être restylés, et maintenant c’est au tour de ceux de chez Toyota de subir une importante mise à jour. On peut se demander quel est le lien entre Stellantis et Toyota.

Un partenariat technique entre Toyota et Stellantis dans le domaine des utilitaires

A priori pas grand-chose à ceci près que les deux groupes font des voitures, mais sachez qu’il existe un partenariat technique entre nos deux protagonistes dans le domaine des utilitaires, le géant japonais pouvant piocher dans la banque d’organes du groupe franco-italo-américain pour façonner ses produits.

Une gamme de véhicules similaires à ceux de Stellantis

Comme vous pouvez le constater, Toyota ne fait pas que piocher dans la banque d’organes de chez Stellantis, puisque globalement, c’est un copié/collé des modèles que nous connaissons déjà. Pour faire simple, le Proace City est un Peugeot Partner ou un Opel Combo, le Proace un Citroën Jumpy ou un Fiat Scudo et le Proace Max est un Fiat Ducato ou un Peugeot Boxer.

Un restylage apporte de la modernité

La gamme Proace de chez Toyota a été largement remaniée avec ce gros restylage. La face avant se distingue par l’absence de calandre en partie haute pour lui donner « plus de robustesse ». Au-delà des aspects esthétiques qui n’intéressent guère les professionnels, le Proace se met à niveau en termes de sécurité, pour notamment satisfaire aux futures normes européennes.

Lisez aussi  La R5 menace la Peugeot e-208 et une Dacia

Ainsi, le véhicule se dote du Toyota Safety Sense qui inclut plusieurs aides à la conduite comme un régulateur de vitesse adaptatif (à partir de 30 km/h), une alerte de survitesse ou encore l’assistance au maintien dans la voie, tandis qu’une aide au stationnement latéral avec détection d’angles morts arrive aussi au catalogue.

Un intérieur amélioré

À l’intérieur, l’inspiration Stellantis se fait un peu moins ressentir. Le tableau de bord a été redessiné, tandis que divers rangements ont été ajoutés. Un soin particulier a aussi été apporté aux finitions d’après le constructeur, notamment avec ce nouveau volant en cuir. Notons aussi la présence d’un nouveau bloc compteur entièrement numérique et d’un écran central tactile de 10 pouces (avec le pack Confort facturé 2 500 euros HT).

Une gamme variée et des fonctionnalités pratiques

La gamme est toujours tentaculaire, avec deux longueurs, Medium (4,98 mètres) et Long (5,33 mètres), avec le même empattement de 3,28 mètres. Bonne nouvelle, avec 1,90 mètre de hauteur pour tous les modèles, le Toyota Proace ne sera pas limité par sa taille pour accéder aux parkings souterrains. Pour ceux qui souhaitent une cabine approfondie, c’est-à-dire avec deux rangées de trois sièges, Toyota propose aussi cette option. Cette dernière profitera d’un plancher-cabine en tôle quand les autres ont droit à un plancher en bois.

Concernant la capacité d’emport, le Proace propose un ingénieux système Moduwork qui permet d’augmenter la longueur utile du plancher. Cela permet ainsi d’augmenter le volume de chargement et accueillir jusqu’à 6,6 m3 de chargement. La charge utile est de 1 400 kg pour la version thermique, et 400 kg de moins pour l’électrique.

Lisez aussi  Kia EV5, le SUV électrique, démarre à moins de 20 000 € en Chine.

Des choix de moteurs réduits mais des avantages supplémentaires

En parlant de moteur, le Toyota Proace laissera moins de choix à ses clients, puisque le diesel de 100 ch disparaît. Il ne restera plus que la version de 120 ch avec le 1,5 litres D-4D en boîte manuelle en guise d’entrée de gamme. Une version 2,0 litres de 140 ch en boîte manuelle ou en BVA sera aussi de la partie, tout comme une version électrique motorisée par le bloc Stellantis de 136 ch. Il est alimenté par une batterie de 50 ou 75 kWh. La plus grosse batterie, déjà proposée sur l’ancien Proace, est annoncée à 350 km d’autonomie, soit 20 km de plus que la version sortante.

Concernant les tarifs, bonnes nouvelles, ceux-ci n’ont pas subi l’inflation, bien au contraire. Disponible à partir de 30 600 euros HT, comme l’ancien modèle, il bénéficie en plus d’un moteur qui passe de 100 à 120 ch, tout en gagnant quelques équipements supplémentaires et une présentation plus soignées.

Toyota vient s’intercaler pile-poil entre les modèles de chez Stellantis, avec notamment 600 euros de moins que les Citroën Jumpy et Peugeot Expert, et 400 de plus que les Fiat Scudo et autres Opel Vivaro. Une seule finition sera disponible au catalogue, auquel il faudra ajouter quelques packs d’options pour bénéficier, par exemple, du GPS, ou encore de quelques aides à la conduite.

Le carnet de commandes du Toyota Proace est d’ores et déjà ouvert. Les premières livraisons de l’électrique débutent en juin, il faudra patienter jusqu’en octobre prochain pour le thermique.

Lisez aussi  Sur Mobile.de, bientôt plus que des voitures à acheter