Autozen : le blog auto au cœur de l'actualité automobile

Distance réelle parcourue par le Hyundai Kona Electric 48 kWh – nos mesures.


Ce Kona conviendra à ceux qui ne font pas beaucoup d’autoroute grâce à ses autonomies convaincantes. De plus, il est en moyenne 3 250 € moins cher que la version 65 kWh. Les performances sont déjà satisfaisantes.

L’autonomie du Hyundai Kona Electric

Si l’angoisse de la panne électrique n’a pas tout à fait disparu, rouler branché n’est aujourd’hui plus une punition. Pour peu que l’on se satisfasse du mode d’emploi particulier qui impose des trajets autoroutiers saucissonnés et des temps de recharge incompressibles, il y a de moins en moins de freins majeurs à l’adoption d’une voiture électrique, car le réseau continue de se développer. De leur côté, les fabricants de batterie arrivent aussi à faire évoluer la technologie dans le bon sens, pour plus d’efficience. En conséquence il n’est plus nécessaire de choisir des modèles avec des accumulateurs XXL pour profiter d’autonomies franchement décentes. Dans le cadre d’une utilisation quotidienne avec des trajets qui se font majoritairement hors autoroute, le nouveau Hyundai Kona Electric affublé de sa petite batterie (48,4 kWh) est ainsi largement suffisant pour bien des automobilistes.

L’autonomie du Hyundai Kona Electric 48 kWh

Sur notre rigoureux test de mesure, le Hyundai s’est contenté de 16,5 kWh/100 km de moyenne, un score honorable. Le coréen est ainsi capable de parcourir 383 km en ville, ce qui assure déjà un certain nombre de trajets domicile-travail tout comme les déplacements du quotidien. Les 283 km mesurés sur route sont également encourageants, mais les 197 km que l’on peut parcourir sur autoroute sont en revanche un peu légers pour qui emprunte souvent les axes les plus rapides. De même, les départs en vacances seront un peu longs car il va falloir recharger souvent. A ce sujet, sachez que le Kona accepte déjà 11 kW en courant alternatif et 102 kW en courant continu. Pas de quoi concurrencer les plus rapides qui peuvent allègrement dépasser 200 kW, mais suffisant pour retrouver une bonne autonomie en 30 minutes de charge.

Lisez aussi  Renault Mégane électrique : forte baisse de prix, bon début pour 2024

Des performances suffisantes

Comme bien souvent, qui dit capacité différente dit aussi puissance différente, car c’est bien la batterie qui fournit sa puissance au(x) moteur(s) électrique(s). Si le Kona 65 kWh peut ainsi s’enorgueillir de 217 ch, la version 48 kWh qui nous intéresse ici propose 156 ch. Rien de dommageable car le couple est le même dans les deux cas, 255 Nm, ce qui signifie qu’il est de toute manière bridé. De quoi passer de 0 à 100 km/h en 8,8 s et de profite de relances efficaces, avec 6,1 s mesurées entre 80 et 120 km/h (voire 5,8 s en mode Sport). Enfin, à se contenter d’une pile de taille raisonnable, le Kona Electric d’entrée de gamme limite aussi son poids à 1 661 kg sur la balance, ce qui est toujours bon à prendre pour les pneus, qui souffriront moins qu’avec la version 65 kWh.

Un placement tarifaire étrange

Reste maintenant à justifier le tarif, car en entrée de gamme, le Hyundai Kona Electric s’affiche à partir de 40 850 € quand un Peugeot e-2008 156 ch démarre pour sa part à 39 950 € avec une batterie légèrement plus grande, puisque donnée pour 54 kWh. De quoi garantir au Français des autonomies légèrement plus avantageuses sur route (300 km) et autoroute (223 km), tout en faisant jeu égal en ville (385 km). Le coréen garde toutefois pour lui un équipement un peu plus riche (navigation et caméra de recul, notamment), que le Peugeot fait payer en supplément. Reste qu’à 3 250 € d’écart en moyenne entre le Kona 48 kWh et le 65 kWh, beaucoup pourraient avoir envie de viser directement la plus grosse batterie quitte à déjà dépenser près de 41 000 € dans une voiture électrique de 4,36 m de long.

Lisez aussi  Renault Twingo électrique : une mauvaise nouvelle peut-il saboter le projet ?