Autozen : le blog auto au cœur de l'actualité automobile

ZFE : seulement deux villes françaises impactées, des modifications majeures


Les plus récentes données sur la qualité de l’air dans les grandes villes françaises ont été transmises par le ministère de la Transition écologique. Seules deux villes sont encore tenues d’établir des calendriers imposés.

Les villes autorisées à ne plus respecter les restrictions de véhicules polluants

L’année dernière, plusieurs métropoles avaient déjà été autorisées à ne plus respecter de planning de restriction des véhicules polluants. Il s’agit de Clermont-Ferrand, Nice, Grenoble, Toulouse, Montpellier, Reims et Saint-Etienne. Cependant, le ministère de la Transition écologique vient de publier un long rapport sur les niveaux de polluants relevés dans l’air des grandes villes françaises en 2023, et c’est cette variable qui détermine si une ville doit respecter ou non un planning de restriction.

Le statut des villes face à la qualité de l’air

Si la qualité de l’air s’améliore, la ville peut sortir du dispositif des Zones à Faibles Émissions (ZFE) à long terme. En revanche, si la qualité de l’air ne s’améliore pas suffisamment, les villes concernées devront mettre en place un planning de sortie pour les véhicules Crit’Air 5, 4, 3, et ainsi de suite. Toutefois, il n’y a plus que deux villes encore impactées en France : Paris et Lyon. Marseille, Rouen et Strasbourg ne sont plus soumises à ces restrictions. Cela ne signifie pas que les mesures déjà prises pour restreindre certaines catégories de véhicules ne sont plus en vigueur, mais simplement qu’il n’y en aura pas de nouvelles à l’avenir.

Paris et Lyon, les dernières villes concernées

Ainsi, Paris et Lyon sont les seules villes qui doivent encore respecter les restrictions de circulation des véhicules Crit’Air. La prochaine étape pour ces villes sera l’interdiction de circulation des véhicules Crit’Air 3 dès le début de l’année prochaine. Les autres métropoles françaises ne seront pas tenues de suivre cette mesure. La quasi-totalité des métropoles françaises respectent actuellement la limite de 40 µg/m3 d’oxydes d’azote imposée par l’Europe. Cependant, cette limite est bien plus basse selon l’OMS, qui fixe le seuil à 10 µg/m3, une norme qui n’est respectée nulle part en France. En 2016, 15 métropoles françaises dépassaient le seuil fixé par l’Europe, mais elles ne sont plus que 2 depuis l’année dernière.

Lisez aussi  Hypercar électrique chinoise 1 300 ch défie la Ferrari SF90 Stradale à moindre coût

Les ZFE à venir

Pour les Zones à Faibles Émissions qui ne sont pas encore en vigueur, la seule obligation prévue par la loi concerne la restriction de circulation des voitures immatriculées avant le 31 décembre 1996, des véhicules utilitaires légers immatriculés avant le 30 septembre 1997 et des poids lourds immatriculés avant le 30 septembre 2001, avant le 1er janvier 2025. Cette mesure concerne notamment les villes d’Annecy, Lille, Nantes, Bordeaux, Montpellier ou Dijon, pour un total de 30 agglomérations.