Autozen : le blog auto au cœur de l'actualité automobile

Voitures électriques : elles ne s’arrêtent pas en cas de sortie de route ?


Les recherches sur la sécurité des installations de l’armée face au poids des véhicules électriques sont menées par l’Université du Nebraska.

Les véhicules électriques plus lourds que les thermiques

Il est connu que les véhicules électriques sont plus lourds que leurs homologues thermiques en raison de leurs batteries. La Ville de Paris envisage même de mettre en place une surtaxe pour le stationnement des véhicules les plus lourds, tels que les SUV.

La sécurité des infrastructures routières étudiée aux États-Unis

Outre-Atlantique, l’Université du Nebraska-Lincoln mène des recherches sur la résistance des infrastructures routières face à l’augmentation du poids des véhicules électriques. L’armée américaine participe également à ces études, car elle est préoccupée par la protection de ses installations les plus sensibles.

Des tests de collision révèlent la faiblesse des infrastructures

Des tests de collision ont été réalisés en utilisant de véritables reproductions d’infrastructures routières, notamment des glissières de sécurité. Les images montrent clairement qu’un pick-up électrique peut les traverser sans grande résistance. Même s’il subit un impact important au niveau de l’avant, le véhicule n’est pas immobilisé. Les tests ont été réalisés à une vitesse de 96 km/h.

Les conséquences pour la sécurité et les sites sensibles

Les véhicules électriques plus lourds, avec un centre de gravité bas, suscitent des inquiétudes en matière de sécurité, notamment pour l’armée. Les barrières en béton ne sont pas non plus capables de retenir complètement ces véhicules. Cela soulève la question de la protection des sites sensibles, tels que les installations militaires ou gouvernementales. Il est donc urgent d’améliorer l’infrastructure de sécurité routière pour faire face à la forte augmentation du nombre de véhicules électriques aux États-Unis.

Lisez aussi  Le nombre de bornes de recharge en France : quel secteur est avantagé ?