Autozen : le blog auto au cœur de l'actualité automobile

Skoda Enyaq 85x : plus de puissance et d’autonomie, même prix !


Le moteur a été amélioré pour offrir une puissance supérieure. La batterie reste la même, mais l’autonomie a été améliorée. De plus, la finition haut de gamme Laurin et Klement est désormais disponible.

Skoda Enyaq : Une nouvelle version plus puissante et autonome

Dans le monde d’avant, bidouiller un moteur se faisait en mettant les mains dans le cambouis. En 2023, c’est plutôt en jouant avec des watts et du courant que l’on parvient à faire évoluer les performances ! Avec l’arrivée d’un nouveau moteur électrique chez Volkswagen, étrenné pour la première fois par la berline ID.7, il n’a pas fallu longtemps avant que d’autres marques du groupe en profitent aussi. C’est aujourd’hui le cas du Skoda Enyaq, qui, à l’occasion d’une grosse mise à jour, fait évoluer sa version 80 qui devient 85.

Des performances améliorées grâce à un nouveau moteur électrique

De 204 ch, la version de base deux roues motrices bondit à ainsi à 285 ch. Le gain est moins impressionnant sur la version 85x à quatre roues motrices qui nous intéresse aujourd’hui, puisqu’elle passe de 265 à 285 ch également. Le tout alors que la capacité de la batterie, toujours fixée à 77 kWh utilisables, n’évolue pas d’un milliwattheure. Dès lors, comment se fait-il que l’autonomie annoncée passe de 524 à 538 km sur le cycle WLTP et que la puissance de charge maxi acceptée soit grandement améliorée puisque atteignant désormais 175 kW sur les bornes compatibles (135 kW auparavant) ?

Arrivée du préconditionnement de la batterie

La réponse est à aller chercher du coté du nouveau moteur électrique plus efficient, moins sensible aux pertes énergétiques, ainsi que d’une chimie de batterie revue. Cette dernière, qui dispose de cellules produites par un nouveau fournisseur, gagne en outre un préconditionneur, ce qui lui permet d’être maintenue à bonne température avant une charge et ainsi de reprendre des couleurs plus rapidement une fois branchée.

Lisez aussi  Essai du Peugeot 5008 électrique : premier tour de roue réussi !

Particulièrement utile par grand froid, le préconditionnement est accessible manuellement via un menu dédié, ou bien dispose d’un mode automatique lié au GPS. Une fois un trajet validé, la planificateur d’itinéraire détermine le nombre de bornes les plus rapides nécessaires à couvrir la distance et déclenche le préconditionnement de la batterie au moment opportun. Évidemment, cela ne fonctionne qu’en utilisant le GPS intégré au système d’infodivertissement, c’est pourquoi Skoda a travaillé à le rendre plus intuitif et agréable d’aspect.

Un système d’infodivertissement repensé

Concernant la navigation, la carte est en effet plus attrayante visuellement, mais le guidage en lui-même est encore un peu lent. Il n’est pas rare de passer devant une intersection alors que la carte l’indique encore quelques mètres en amont de la voiture ! Pour le reste l’écran multimédia de 13 pouces est lisible et assez réactif, et Skoda permet de personnaliser l’interface avec des raccourcis bien pratiques pour ne pas se perdre dans les nombreux sous-menus. Ceux qui espéraient que les aides à la conduite soient désactivables d’une simple touche en seront pour leur frais. S’il existe bien un bouton dédié parmi tous les raccourcis physiques situés sous les aérateurs centraux, cette dernière amène à un menu qui impose de pianoter plusieurs fois sur l’écran tactile pour enlever aide au maintien de la voie, détecteur d’attention et alerte de survitesse qui se réactivent à chaque redémarrage. Des démarrages qui peuvent d’ailleurs être très nombreux car se lever du siège conducteur suffit à couper le contact. Très frustrant quand l’on a oublié quelque chose dans le coffre !

Lisez aussi  La Bentley Continental GT, encore plus puissante grâce à l'électricité

Des aptitudes routières solides

Côté châssis rien ne bouge, aussi retrouve-t-on un comportement routier réussi et à l’aise en toute circonstance avec la suspension pilotée DCC. Si les 14 niveaux de dureté (!) réglables depuis l’habitacle ont de quoi faire peur, opter pour l’un des modes de conduite prédéfinis Confort, Normal ou Sport sera amplement suffisant la vaste majorité du temps. En Confort, la filtration des irrégularités est au niveau de ce que l’on attend d’une familiale, même avec les jantes de 21 pouces optionnelles. Cet amortissement piloté fait toutefois partie d’un pack d’équipement en supplément qui comprend aussi la direction progressive et son rapport de démultiplication variable, qui donne une impression d’agilité supplémentaire au volant.

Équilibré et rassurant, l’Enyaq est toujours aussi recommandable et reste le choix le plus éclairé parmi ses cousins techniques Audi Q4 e-tron (et Q4 e-tron Sportback) et Volkswagen ID.4/ID.5. Nous avons en outre relevé une consommation de 21,6 kWh/100 km au tableau de bord sur un parcours mixte alors que le rude froid autrichien (+2,5 degrés au maximum !) n’a pas épargné les batteries, ce qui laisse présager d’autonomies très convaincantes par beau temps.

Pas d’augmentation de prix !

Le plus beau dans l’histoire, c’est qu’à finition équivalente, Skoda n’a pas augmenté d’un euro le prix de son Enyaq, en version SUV comme en SUV coupé. Un choix surprenant vu la grosse mise à jour technologique opérée ! Pour l’Enyaq 85x de cet essai, comptez 55 460 € en entrée de gamme. La version intermédiaire Sportline est toujours au catalogue, mais ceux qui en veulent plus devraient trouver leur bonheur avec la nouvelle finition haut de gamme Laurin & Klement. C’est la première fois que le label est apposé sur l’Enyaq et il se traduit par des matériaux valorisants, à commencer par une belle sellerie en cuir beige, de bonne facture. L’équipement, lui, est pléthorique, puisque l’on retrouve de série l’affichage tête haute à réalité augmentée, les sièges avant massant, ventilés et chauffants, la hi-fi Canton, la calandre illuminée, des jantes spécifiques de 20 pouces, les phares LED matriciels, un bouclier avant spécifique… De quoi compléter une gamme qui compte désormais quatre niveaux de puissance, trois finitions et deux carrosseries.

Lisez aussi  30 voitures électriques surtaxées depuis le 4 juillet 2024 : l'Europe agit