Autozen : le blog auto au cœur de l'actualité automobile

Rouler en électrique sur autoroute : coût supérieur à essence et diesel


Bien que les carburants demeurent coûteux, la voiture électrique n’arrive toujours pas à surpasser l’essence ou le diesel sur les autoroutes.

La recharge rapide pour les véhicules électriques en France


Si personne ne discute de l’avantage économique à l’usage des électriques au quotidien sur les petits et moyens trajets, c’est un peu moins vrai sur voie rapide et autoroute qui n’ont jamais été les terrains de prédilection des batteries. Et sur ces axes, tout comme pour les carburants, les prix à la « pompe » sont plus élevés. Sauf qu’en pourcentage, l’écart entre la recharge à la maison et la recharge rapide est nettement plus élevée que la différence entre une station-service de zone rurale et une pompe sur autoroute.

Les électriques moins adaptées pour les trajets sur autoroute


C’est précisément cette donnée qui rend les électriques encore bien peu adaptées économiquement parlant aux trajets « long courrier » à l’exception peut-être des bornes Tesla où le kWh peut descendre très bas : de 0,42 €/kWh pour les clients « non Tesla » à 0,12 €/kWh à certaines heures de la nuit ! C’est moins cher qu’en recharge à domicile… Mais sorti du cas Tesla, l’électrique reste gourmande sur autoroute et la recharge globalement chère. A tel point qu’un diesel ou même un essence affichent des coûts kilométriques inférieurs si l’on exclut les coûts d’usure.

Les pertes sur les véhicules électriques


La distribution d’un carburant fossile étant régie par la métrologie, il n’y a pas de surprise : les homologations sont les mêmes partout, et vous payez pour un volume. Il suffit ensuite de connaître la consommation moyenne de son véhicule pour déduire l’autonomie et le coût au kilomètre. Mais pour les électriques, c’est un peu plus compliqué. Si les pertes par échauffement du câble sur les bornes rapides sont réduites (les câbles sont à refroidissement liquide), il y a toujours des pertes au niveau du chargeur embarqué. Autrement dit : l’énergie distribuée par la borne et que vous payez ne servira pas totalement à faire fonctionner votre moteur et à vous déplacer.
Une partie sera consommée en déperdition. Et ce n’est pas tout : lorsque vous sélectionnez une borne de recharge sur le navigateur de votre véhicule, il y a de grandes chances qu’il « préconditionne » la batterie. Il s’agit, dans certaines conditions (lorsqu’il fait moins de 15° notamment) de faire monter la batterie en température pour optimiser la puissance et la durée de charge. Mais ce préconditionnement consomme lui-même de l’énergie ! Quelques kWh tout au plus qui ont bien été facturés à la précédente recharge mais qui ne vous ont pas servi à avancer. Et ne vous fiez pas aux consommations affichées par l’ordinateur de bord de votre véhicule : il ne tient pas compte des multiples pertes…

Lisez aussi  Bornes de recharge pour véhicules électriques en panne fréquente

Le coût kilométrique d’une voiture électrique


Il est ainsi très facile de calculer le coût kilométrique d’un véhicule essence ou diesel sur autoroute. En prenant en compte un litre d’essence et de gazole à 1,85 €/litre (chiffres actualisés au 12 février), vous obtenez les valeurs suivantes : 11,1 € les 100 km pour un véhicule diesel et 13 € les 100 km pour un véhicule essence. Et pour une électrique ? Si nous nous basons sur nos relevés réalisés sur piste d’essai et tenant compte des pertes à la charge, nous estimons la consommation moyenne d’un véhicule électrique sur autoroute à environ 25 kWh/100 km. Certains font mieux et d’autres bien pires.
Comparez les vraies autonomies des meilleures voitures électriques d’après notre cycle de mesures normalisé. Capacité de batterie, consommation, autonomie, on vous dit tout !
Le coût kilométrique d’une électrique ? C’est compliqué…

La sensibilité de la consommation de l’électrique à différents facteurs


Mais l’affaire se complique ensuite : il n’y a aujourd’hui aucune cohérence dans les prix des recharges sur autoroute, où devront se brancher la plupart des électriques quand un thermique n’aura pas nécessairement besoin de ravitailler, sauf sur très long parcours ou encore avec des modèles disposant d’un tout petit réservoir (hybrides Toyota, par exemple). Alors, quelle valeur prendre pour le kWh ? Entre les Superchargeurs, les bornes Ionity avec ou sans abonnement, les TotalEnergies et bien d’autres, il est difficile d’y voir clair mais il semble raisonnable de tabler sur une moyenne de 0,50 à 0,60 €/kWh. Soit entre 12,50 et 15 € les 100 km. Il est possible de descendre sous ces valeurs, mais selon les conditions, la consommation réelle – en tenant compte de toutes les pertes – peut également s’envoler (coffre de toit, températures très froides, temps passé à 130 km/h…). En comparaison d’un modèle essence ou diesel, la consommation d’un véhicule électrique est bien plus sensible à l’aérodynamique, à la vitesse et aux conditions extérieures.

Lisez aussi  Photos presque officielles du Mini Aceman (2024) : découvrez le SUV urbain électrique.

En résumé, même avec des carburants aux prix encore très élevés, un véhicule diesel ou essence moderne ne sera pas plus coûteux qu’une électrique sur autoroute. On peut même dire que vous constaterez souvent l’inverse. Mais il faut aussi garder à l’esprit que ces calculs ne tiennent pas compte du vrai TCO (coût total d’usage), qui comprend notamment l’usure du véhicule et les frais d’entretien assimilés…