Autozen : le blog auto au cœur de l'actualité automobile

30 voitures électriques surtaxées depuis le 4 juillet 2024 : l’Europe agit


Depuis le 4 juillet 2024, la taxation des voitures électriques produites en Asie a été augmentée pour une trentaine de modèles. Voici la liste.

Prix attractifs des voitures électriques chinoises en Europe

Les constructeurs chinois tels que MG, BYD et Seres ont compris qu’ils avaient un avantage sur leurs homologues européens en termes de prix dans le domaine des voitures électriques. En contrôlant la production des matières premières pour les batteries et en ayant des coûts d’assemblage moins élevés, ces marques débarquent en Europe avec des modèles à des prix très compétitifs. Cependant, il est important de noter que les performances routières peuvent parfois être inégales.

Taxe supplémentaire pour les voitures électriques asiatiques en Europe

Pour faire face à cette concurrence déloyale, l’Europe a décidé d’imposer une taxation supplémentaire à toutes les voitures électriques en provenance d’Asie. Cette taxe diffère de l’éco-score mis en place par la France pour bénéficier du nouveau bonus CO2 depuis 2024. L’objectif est de ralentir l’arrivée massive de ces voitures électriques sur le marché européen.

Liste des voitures électriques surtaxées en Europe

Sur les 110 voitures électriques disponibles en France en 2024, une trentaine est soumise à cette surtaxe imposée par l’UE. Il n’est pas clair comment cette surtaxe affecte le prix final en concession. Toutes les voitures en provenance d’Asie vendues en Europe sont soumises à cette taxation, ce qui signifie que certains constructeurs européens, qui ont délocalisé leur production en Asie, sont également concernés. La liste complète des 30 voitures électriques surtaxées est disponible ci-dessous.

Implications à long terme de la surtaxe

Actuellement, seules les voitures électriques à 100% sont soumises à cette surtaxe, excluant notamment la Citroën C5-X et la DS 9, assemblées en Chine. Il reste à voir si cette surtaxe sera suffisante pour les constructeurs chinois, qui pourraient accepter de réduire leurs marges afin de rester présents en Europe en attendant l’implantation d’usines sur le continent. Certains constructeurs chinois ont d’ailleurs déjà prévu de construire des usines en Europe, tels que BYD en Hongrie et Chery en Espagne.

Lisez aussi  Arrivée du Cadillac Lyriq en France pour concurrencer BMW et Mercedes