Autozen : le blog auto au cœur de l'actualité automobile

Renault 5 électrique vs. Citroën e-C3 : R5 coûte plus cher mais avec raison


Il est indéniable que la R5 sera plus coûteuse que la Citroën E-C3, cependant, il est important de prendre en considération certaines caractéristiques de la R5 qui l’empêchent de proposer des prix excessivement bas.





Comparaison entre la Renault 5 et la Citroën e-C3

Nous ne connaissons pas encore les tarifs définitifs de la Renault 5 mais nous avons tout de même une première idée suffisamment représentative pour la comparer, déjà, à l’autre star électrique française du moment. La Citroën e-C3 a presque coupé l’herbe sous le pied de Renault l’année dernière. Tellement, que nous ne serions même pas surpris d’apprendre un jour que Stellantis a volontairement accéléré le processus de présentation du véhicule pour commencer à convaincre, déjà, des clients d’opter pour la Citroën plutôt que d’attendre la Renault.

Prix et performances

D’autant plus que l’e-C3 a l’argument coup de massue des prix : à partir de 23 300 € hors bonus pour l’entrée de gamme, hors bonus. La C3 y aura évidemment droit vu qu’elle est produite en Europe et que son score environnemental rentre dans les clous. La R5, plus petite, sera aussi plus chère avec un premier prix à environ 25 000 € hors bonus.

Pourquoi la R5 plus chère ?

De capacité de batterie similaire et de puissance proche, les R5 et Citroën e-C3 ne partagent finalement rien d’autre. Certaines spécificités font que la R5 est plus chère que sa rivale aux chevrons. Tout d’abord, la R5 est produite en France alors que la Citroën est fabriquée en Slovaquie aux côtés des versions thermiques, et dans l’usine où est également assemblée la Peugeot e-208.

Lisez aussi  Voitures électriques : gagnantes et perdantes bonus 2024

Et puis, il y a d’importantes différences sur le plan du développement technique. La R5 dispose certes d’une plateforme AmpR dérivée de la CMF du groupe Renault mais elle fait appel à un moteur à rotor bobiné plus complexe à produire (l’enroulage de cuivre nécessite un temps de fabrication plus important et des machines très spécifiques) que les moteurs à induits par aimant permanent de la Citroën e-C3 qui doit donc faire appel à certaines terres rares.

De plus, la R5 fait appel à un train arrière multibras qui, s’il est moins élaboré qu’un véritable multlibras de compactes ou de grande routière, demande tout de même un plus grand nombre de pièces détachées et de la main d’oeuvre supplémentaire à la conception.

Conclusion

Pour toutes ces raisons, il semble difficile pour Renault de produire une « 5 » à moins de 20 000 € en intégrant le bonus qui sera, on le rappelle, de 4000 € en 2024. Et n’oublions pas que Citroën a dans les cartons une e-C3 encore moins chère, sous la barre des 20 000 € hors bonus. Mais il faudra en revanche se contenter d’une batterie plus petite avec seulement 200 km d’autonomie. La R5, elle, n’ira pas plus bas que ses 40 kWh.