Autozen : le blog auto au cœur de l'actualité automobile

Pourquoi les constructeurs sont-ils attirés par les véhicules utilitaires ?


Si vous êtes attentif à l’actualité automobile et des utilitaires, vous avez sans doute remarqué que les constructeurs automobiles dits « traditionnels » s’intéressent de plus en plus aux véhicules utilitaires légers. Cette tendance se confirme chaque mois avec des efforts accrus de leur part.

Le boom du marché des VUL en France

Le secteur des Véhicules Utilitaires Légers (VUL) connaît actuellement un essor considérable en France, avec près de 400 000 immatriculations. Ce marché, autrefois marginal, intéresse de plus en plus d’acteurs de l’industrie automobile qui cherchent à se partager une part de ce gâteau lucratif.

La transition énergétique et l’intérêt des constructeurs

L’une des raisons de cet engouement soudain pour le secteur des VUL, notamment chez des constructeurs tels que Hyundai et Kia, est la transition énergétique en cours. Bien que moins visible que dans l’industrie automobile traditionnelle, ce marché prometteur n’en est qu’à ses débuts.

Stellantis, grâce à sa présence de longue date sur ce marché, possède une gamme étendue de VUL et profite de cet avantage compétitif. Des modèles emblématiques tels que le Citroën Jumpy, le Peugeot Boxer et l’Opel Vivaro ont tous été convertis à l’électrique.

De son côté, Renault, leader incontesté du marché des VUL, vient de renouveler son modèle phare, le Trafic, avec une autonomie annoncée de 460 km pour sa version la plus performante. Le Mercedes eSprinter a également été équipé de nouveaux accumulateurs pour améliorer son autonomie. En parallèle, Toyota concentre ses efforts sur la recherche et le développement de VUL utilisant l’hydrogène, tout comme Stellantis.

Lisez aussi  Voitures électriques : gagnantes et perdantes bonus 2024

L’arrivée de nouveaux acteurs et les alliances

Cependant, les acteurs déjà bien établis sur le marché des VUL devront faire face à une concurrence croissante avec l’arrivée de nouveaux acteurs dans les prochaines années.

Kia prépare actuellement une offensive majeure dans le domaine des VUL, avec une gamme complète présentée lors du dernier CES de Las Vegas. Cette nouvelle gamme modulaire sera disponible en Europe à partir de 2025.

Par ailleurs, Hyundai et Iveco ont récemment signé un accord de fourniture pour la commercialisation d’un VUL 100 % électrique en Europe. Les deux groupes ont déjà travaillé ensemble sur le développement de VUL utilisant l’hydrogène, tels que l’Iveco eDaily FCEV. Hyundai fabriquera le châssis-cabine, qui sera ensuite distribué exclusivement par le réseau de vente d’Iveco Group. Ce modèle sera lancé lors du prochain salon IAA Transportation à Hanovre, en Allemagne.

Enfin, les synergies entre les différents acteurs du marché des VUL sont de plus en plus nombreuses et intenses. Renault a récemment annoncé la création d’une coentreprise avec le groupe Volvo, rejoignie par le logisticien CMA-CGM. Cette entité vise à concevoir une nouvelle génération de VUL légers électriques. De son côté, Stellantis développe également des modèles d’utilitaires similaires d’une marque à l’autre dans le cadre du programme Pro One, afin de réaliser des économies d’échelle et d’améliorer la rentabilité.