Autozen : le blog auto au cœur de l'actualité automobile

Hyundai Santa Fe: premier essai d’un SUV hybride costaud


Il y a plus de vingt ans, le Santa Fe a été introduit dans la gamme de Hyundai. La cinquième génération de ce modèle vient d’être lancée. Prévu pour être commercialisé au début de l’année 2024, le nouveau Santa Fe sera disponible en versions hybride simple ou rechargeable. Avec sa forme robuste rappelant les 4×4 des années 80, ce modèle se démarque par son design unique, qui le distingue clairement des autres véhicules de Hyundai.

Hyundai : le design est roi !

Prix ? Performances ? Technologie ? Prestige du blason ? S’il y a mille et une raison de choisir une voiture plutôt qu’une autre, le design reste, et de loin, le tout premier critère d’achat. En clair, un constructeur peut concevoir la meilleure voiture du monde mais si c’est un laidron… Et je suis sûr que vous avez des exemples en tête. Si cela fait quelques années déjà que Hyundai a compris, comme son compatriote partenaire/rival Kia, l’importance de concevoir de bonnes autos tout en y mettant les formes, ces dernières créations témoignent d’une prise de pouvoir du département design dont les libertés semblent sans limites.

Un doux parfum des années 80

Rien ne se perd, rien ne se crée tout se transforme…. Attribuée à Lavoisier, cette maxime a dépassé depuis belle lurette l’univers de la science pour atteindre l’art avec une habileté à remixer le passé. C’est le cas avec le design du Santa Fe, lequel, à de nombreux égards, fait un solide clin d’œil à l’automobile des années 80 et plus particulièrement les 4×4. Un peu de Suzuki Samourai dans les feux arrière, du Land Rover Discovery dans le regard et une carrure robuste taillée à l’équerre, ce nouveau Santa Fe ne manque pas de personnalité.

Lisez aussi  Cupra Tavascan : commandes ouvertes, prix élevés pour SUV électrique

Le sens de l’accueil et de l’astuce

Avec la disparition des grands monospaces que certaines langues perfides qualifiaient des bétaillères à gamins, les grandes familles se sont rabattues les SUV. Mais ils ne sont pas si nombreux à pouvoir accueillir jusqu’à sept passagers et dans de bonnes conditons pour ceux installés au dernier rang. Avec un empattement encore plus généreux (+ 5 cm soit 2,82 m), ce nouveau Santa Fe soigne ce détail avec des sièges de dernier rang escamotables dans le coffre et sur lesquels un adulte -de taille normale pas un deuxième ligne de rugby- pourra s’installer. Pas pour de longs trajets c’est sûr, mais de quoi dépanner quand même. Bien évidemment, on est mieux reçu au deuxième rang où comme de coutume dans ce genre d’engin, la banquette coulisse sur une dizaine de centimètres pour moduler l’espace à sa guise. Quant aux privilégiés du premier rang, si ce n’est pas la vie de château, mais cela y ressemble. A la modernité de ses deux écrans juxtaposés qui semblent ne faire qu’un et un dessin assez épuré, le poste de conduite ajoute une ergonomie facile à appréhender avec de bons vieux boutons à l’ancienne et surtout des rangements…beaucoup de rangements. Double boîte à gants face au passager, grand bac sous la large console centrale où se trouvent (pas de jaloux) deux chargeurs à induction, le Santa Fe propose aussi en haut de gamme, des sièges qui peuvent se transformer en transat avec repose-jambes. Parmi les autres astuces notables, on peut aussi noter la présence de prises (USB ou domestiques) en grand nombre à bord y compris au dernier rang, ou encore le rangement sous l’accoudoir central avec une double ouverture pour que les passagers arrière puissent y accéder.

Lisez aussi  Alpine A290 électrique sera présentée bientôt !

A conduire : un bon « pépère »

Ne voyez pas dans le titre de ce chapitre de la moquerie. Par bon pépère, à Autozen, nous qualifiions les autos qui font bien le boulot pour lequel elles sont prévues. En clair, avec son positionnement de véhicule pour grande famille, on attend en priorité du Santa Fe un comportement routier rassurant et un bon niveau de confort. Bingo dans les deux cas avec une capacité à effacer efficacement les défauts de la chaussée et un comportement routier en progrès comparé à son prédécesseur avec un côté moins pataud et des mouvements de caisse mieux maîtrisés. Mais il faudra confirrmer ces belles aptitudes car pour ce premier essai, nous avons pris le volant d’un modèle coréen. A voir si les Santa Fe prévus pour l’Europe ne seront pas plus raides côté liaisons au sol. Enfin, si tant est que l’on puisse parler de défaut, la motricité de notre modèle d’essai à deux roues motrices n’était pas parfaite avec un train avant vite dépassée par l’arrivée du couple et à bord, quelques matériaux font un peu cheap. Dernier point, le Santa Fe sera disponible chez nous avec une double offre hybride. Si la rechargeable ne sera associée qu’à la transmission intégrale, l’hybride simple comme notre modèle d’essai laissera le choix en sachant qu’il va falloir attendre le début de l’année 2024 pour prendre connaissance des caractéristiques techniques définitives et bien sûr, des prix.