Autozen : le blog auto au cœur de l'actualité automobile

Fiat 500 électrique : retournement de situation improbable !


Dans le but de stimuler les ventes de véhicules électriques qui stagnent, Stellantis a opté pour l’installation d’un moteur thermique hybride léger dans sa Fiat 500. De plus, la décision a été prise de produire le véhicule en Italie afin de ne pas agacer davantage le gouvernement italien !

Fiat 500e : Un modèle électrique qui passe au thermique

On a souvent entendu parler du rétrofit, cette tendance qui consiste à enlever le moteur thermique d’une voiture pour la passer en électrique. Enfin ça, c’était quand l’avenir de l’électrique était encore radieux. Et plus précisément, il s’agissait de rétrofit électrique. Car l’inverse est aussi possible. Passer un modèle électrique en thermique. Ce qui aurait pu être vu comme une provocation il y a encore peu est de plus en plus dans l’air du temps. La preuve chez Fiat !

La Fiat 500e : Une version avec un pot d’échappement

La Fiat 500e, quatrième génération de la petite citadine italienne, qui n’est proposée qu’en électrique, sera aussi très prochainement proposée avec un pot d’échappement !

Bientôt plus de 500 thermiques qu’électriques

C’est avec un moteur thermique donc, et à hybridation douce, autrement appelée micro-hybridation, que la 500e devrait perdre son suffixe “e”. Une décision de revenir sur un modèle normalement exclusivement électrique d’autant plus étonnante qu’il existe déjà dans la gamme une Fiat 500 micro-hybride, la troisième génération coexistant avec la quatrième.

La raison de ce revirement de situation est assez simple : comme tous les constructeurs, Fiat, et de manière générale Stellantis, font face à une baisse des ventes de voitures électriques, notamment depuis début 2024. Ce qui a notamment amené le groupe à ralentir le taux de production. Grâce à cette nouvelle Fiat 500 micro-hybride, la production pourrait de remonter de manière significative. Quitte à renverser la vapeur puisque, sur un objectif de production annuelle de 200 000 Fiat 500, Stellantis ne viserait plus que 75 000 versions électriques (80 000 en 2023). Contre 125 000 hybrides, le thermique devenant de fait majoritaire.

Lisez aussi  Le Renault Master dévoile ses couleurs depuis l'ombre.

Stellantis fait d’une pierre deux coups

Avec ce mouvement, Stellantis fait non seulement face à la perte de vitesse de l’électrique, mais se rabiboche aussi avec le gouvernement italien, avec qui les relations sont plutôt froides depuis quelques temps. En plus d’être accusé de baisser la production ou de la délocaliser, il y a eu les récentes histoires des Alfa Romeo Junior et Fiat Topolino, aux appellations ou autocollants mensongers.

Des relations qui se réchauffent aussi entre Stellantis et le gouvernement autour d’un plan visant à produire 1 million de véhicules par an en Italie d’ici à 2030, contre 750 000 l’an dernier. Et puis la nouvelle 500 micro-hybride, non-contente de booster la production, sera toujours produite dans l’usine de Mirafiori, à Turin. Mais pour ça, il faudra attendre le premier trimestre 2026.

Par ailleurs, la troisième génération de Fiat 500 produite en Pologne ne va pas complètement être arrêtée. Elle va effectivement être arrêtée en Europe, et son lieu de fabrication va déménager dans l’usine Fiat de Tafraoui-Oran, en Algérie. Comme elle ne serait bientôt plus conforme aux règles européennes d’homologation, elle continuera d’être produite mais pour alimenter le Moyen-Orient et l’Afrique.