Autozen : le blog auto au cœur de l'actualité automobile

La France manquera-t-elle d’électricité pour les véhicules électriques ? Rien n’est sûr…


En 2023, un rapport public dresse un bilan de la consommation d’électricité des véhicules rechargeables en France. À notre grande surprise, celle-ci s’avère plutôt significative. Cependant, les prévisions pour 2035 continuent de rassurer… mais seulement dans certaines conditions spécifiques.

Faut-il s’inquiéter de la quantité d’électricité nécessaire pour alimenter les véhicules électriques en France ?

Si l’UE valide le bannissement du moteur à combustion, nombreux sont les Français qui se posent la question de savoir si notre pays sera en mesure de produire suffisamment d’électricité pour alimenter tous les véhicules électriques. Le gestionnaire français du réseau électrique, RTE, a répondu à cette inquiétude en affirmant que la France pourrait produire assez d’énergie d’ici 2035 pour répondre à la demande prévue des véhicules rechargeables. RTE considère que la consommation d’énergie liée aux véhicules électriques ne dépassera pas 48 TWh, soit 10% de la consommation totale française, ce qui ne compromettra pas la sécurité d’approvisionnement en électricité du pays.

Assez d’électricité pour les voitures électriques ? Oui, « si »

Le transport routier représente 29% des émissions de gaz à effet de serre en France. Réduire la consommation de produits pétroliers est donc une mesure nécessaire pour lutter contre le réchauffement climatique. Mais est-ce que l’électrification massive et rapide du parc automobile est une solution viable ? Une étude publique du gouvernement estime que les véhicules rechargeables consommeront 35 TWh d’électricité par an en 2035, soit moins de 10% de la production électrique actuelle en France. Cependant, cette étude souligne que sans une gestion efficace du parc automobile, les pics de consommation pourraient poser problème pour la production électrique française, nécessitant l’utilisation de sources d’énergie supplémentaires, comme le gaz naturel et les combustibles fossiles. Le « pilotage » de la recharge des véhicules électriques sera donc crucial pour garantir l’équilibre entre l’offre et la demande d’électricité.

Lisez aussi  Toyota Prius dévoile son côté sauvage au salon de Tokyo

Obligés de « donner » son électricité en 2035 ?

La capacité des véhicules électriques à programmer leur recharge et à redistribuer leur énergie dans le réseau, grâce à la technologie V2G, jouera un rôle clé dans l’équilibre entre l’offre et la demande d’électricité. Actuellement, cette technologie, encore peu répandue, permet aux véhicules électriques de gérer leur consommation d’énergie. Les pics de recharge non gérés pourraient entraîner des tensions sur le réseau électrique, ce qui nécessiterait le démarrage de nouvelles unités de production, coûteuses et potentiellement polluantes. En hiver, lorsque la consommation d’électricité est plus élevée, ces tensions pourraient être plus importantes. Malgré ces inquiétudes, l’électrification du parc automobile reste une perspective positive pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et la dépendance aux combustibles fossiles.

Conclusion

L’électrification du parc automobile en France est une mesure nécessaire pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. Bien que la consommation d’électricité prévue pour les véhicules électriques soit gérable et n’affecte pas la sécurité d’approvisionnement en électricité de la France, il est essentiel de mettre en place un pilotage efficace de la recharge des véhicules pour éviter les tensions sur le réseau électrique. La technologie V2G peut jouer un rôle clé dans la gestion de l’équilibre entre l’offre et la demande d’électricité. Malgré les défis à relever, l’électrification du parc automobile contribuera à la transition vers une mobilité plus durable et respectueuse de l’environnement.