Autozen : le blog auto au cœur de l'actualité automobile

110 km/h sur autoroute pour le climat : geste écolo ou démago 2.0 ?


Est-ce que le macaron qui défend la limitation de 110 sur autoroute est vraiment le signe d’une conscience écologique sincère ?

La tendance du macaron écologique

La volonté de certains politiques et associations de demander à intervalles réguliers la limitation de la vitesse autorisée sur nos autoroutes à 110 km/h, semble avoir fait naître une conscience écologique de façade chez certains de nos concitoyens, qui l’arborent désormais fièrement sur la lunette arrière, pare-brise ou les flancs de leur véhicule, notamment électrique. En l’espèce, via un macaron portant la mention « Sur autoroute, je me limite, je roule à 110 pour le climat ».

Un geste de façade

Malicieux, le camp des détracteurs rétorquerait qu’en guise de conscience écologique, ceux qui l’affichent sur leur voiture électrique, le font surtout car sachant qu’en ne circulant pas au-dessus de cette vitesse, ils multiplient ainsi grandement leurs chances d’arriver à bon port sans avoir à passer par la case recharge de la batterie.

La préservation de notre planète

Quoi qu’il en soit, cet exemple du macaron au prisme « militant », est symptomatique de cette tendance lourde de la défense d’une cause, quelle qu’elle soit, reprise par devers-soi après avoir fait les choux gras des médias et d’Internet. Une cause souvent honorable sur le papier, pourtant bientôt vite oubliée, et qui se porte en bandoulière le plus souvent chez celui qui la prône, quand elle a le bon goût de s’afficher sans rien demander de fâcheux en échange.

Pour une réelle action

Lutter, chaque jour, individuellement et surtout collectivement, pour préserver au mieux notre planète, est pourtant un véritable engagement, réfléchi, qui ne doit jamais être assimilé aux paroles et actions démagogiques « à durée limitée », et dont le but recherché n’est que rarement atteint. Certes, en matière de lutte de préservation de notre environnement aussi, s’attaquer sérieusement aux véritables causes responsables de sa détérioration exponentielle, sera toujours moins visible et plus compliqué à faire, qu’apposer un autocollant sur son véhicule donnant bonne conscience.

Lisez aussi  Stellantis mise sur plus de voitures électriques d'ici 2024