Autozen : le blog auto au cœur de l'actualité automobile

Révélations marquantes du responsable technique de Toyota sur l’hydrogène


La Mirai n’a pas obtenu le succès espéré. Il est difficile d’implanter la technologie dans les véhicules particuliers dont les trajets sont trop imprévisibles. En revanche, les véhicules utilitaires sont le support idéal pour cette technologie.

L’hydrogène ne séduit pas encore les particuliers en France

Sur les trois premiers trimestres de l’année 2023, Toyota a vendu 226 véhicules Mirai en France, soit deux fois plus que l’année précédente. En comparaison, seuls 2 modèles Hyundai Nexo, l’autre modèle hydrogène disponible sur le marché français, ont été vendus pendant la même période. Cependant, aucune de ces ventes ne concerne les particuliers.

Le principal obstacle à l’adoption de la technologie hydrogène par le grand public est son coût élevé, avec un prix de départ de 72 250 € pour la Mirai et au moins 80 600 € pour le Nexo. De plus, il existe un manque d’infrastructure étendue pour le ravitaillement en hydrogène.

Toyota change de stratégie

Dans une interview avec le média Autocar, le responsable technique de Toyota, Hiroki Nakajima, admet les difficultés de la marque à rendre l’hydrogène viable pour les particuliers. Il explique que le nombre limité de stations de ravitaillement en hydrogène explique le faible nombre de commandes enregistrées. Cependant, cela ne dissuade pas Toyota de poursuivre le développement de cette technologie, qui semble prometteuse pour les véhicules utilitaires, tels que les camions, bus et semi-remorques.

Les véhicules utilitaires nécessitent une technologie plus avancée que les batteries conventionnelles, car les batteries actuelles ne sont pas suffisamment compactes et légères pour offrir une autonomie intéressante sur un véhicule de transport routier. De plus, le temps de charge des batteries est un problème pour les entreprises qui doivent maximiser l’utilisation de leurs camions.

Lisez aussi  Rétromobile 2024 : Renault 5 électrique flamboyante !

L’hydrogène pour les poids lourds d’abord

L’hydrogène peut être une solution intéressante pour les poids lourds. Le ravitaillement en hydrogène est beaucoup plus rapide que le rechargement des batteries, et l’autonomie entre deux ravitaillements est plus importante. De plus, les trajets routiers effectués par les camions sont souvent prévisibles, ce qui facilite la mise en place de points de ravitaillement. Pour ces raisons, Toyota et d’autres constructeurs voient l’hydrogène comme une option viable pour les véhicules utilitaires.

Les voitures électriques restent la solution privilégiée

Malgré tout, Toyota ne prévoit pas d’abandonner les voitures particulières à hydrogène pour le moment. La marque travaille sur des avancées technologiques qui pourraient rendre ces voitures plus abordables et pratiques, notamment en miniaturisant les composants de la pile à combustible et en améliorant la durabilité et l’efficacité de ces véhicules. Cependant, les batteries restent la solution privilégiée à court terme par les constructeurs. Toyota prévoit de lancer une nouvelle génération de batteries dès 2026 et espère pouvoir proposer des batteries solides d’ici la fin de la décennie.