Autozen : le blog auto au cœur de l'actualité automobile

Renault R5 E-Tech break : Remplacez votre Captur !


L’époque des petits breaks chez Renault, représentée par les Clio 3 Estate et Clio 4 Estate, fut marquée. Dans les années 1960, lors de la conception de la première Renault 5, une version break était envisagée. Il serait donc légitime d’envisager un projet de nouvelle Renault 5 électrique break.

Avant l’arrivée des SUV urbains, les petits breaks étaient tendance

Avant que la vague des SUV urbains ne déferle dans les années 2010, la gamme Renault proposait des petits breaks. Les Clio 3 Estate et Clio 4 Estate connaissaient d’ailleurs un grand succès commercial auprès des flottes d’entreprises et des jeunes familles. Dans les années 2000, les breaks citadins étaient très en vogue, avec des modèles tels que la Volkswagen Polo Variant, la Seat Cordoba Vario et la Skoda Fabia qui rivalisaient avec les Peugeot 206 SW, les 207 SW et les Clio Estate. Puis sont arrivées les Peugeot 2008 et Renault Captur.

La conduite en hauteur offre une certaine tranquillité d’esprit

Aujourd’hui, les clients apprécient dans leurs petits baroudeurs la hauteur de conduite qui domine la route et permet d’anticiper. Cependant, cela a un revers : le centre de gravité plus élevé nécessite une suspension plus ferme pour éviter une prise excessive de roulis, ce qui impacte le confort.

Les SUV urbains plus compacts pour faciliter les manœuvres et le stationnement

Les SUV urbains de format plus compact s’intègrent plus facilement dans la jungle de la ville au moment des manœuvres et surtout du stationnement lorsque l’espace est limité. En effet, les petits breaks avaient un encombrement plus important, avec une longueur de 4,27 m pour une Renault Clio 3 Estate contre 4,12 m pour la première génération du Renault Captur, au détriment de la capacité du coffre et de la longueur de chargement.

Lisez aussi  Hyundai prépare une Ioniq 5 N pour vaincre ID.2 GTI et Alpine A290 !

Un retour aux sources avec la Renault 5 E-Tech Estate

Malgré tout, un break reste toujours plus chic et épuré dans sa silhouette qu’un 4×4 au look rustique. La première génération de la Mini Clubman, commercialisée de 2007 à 2015, le confirme. C’est dans cette veine « premium » que nous avons imaginé une Renault 5 E-Tech Estate. Cependant, elle conserverait toujours une paire de portes à l’arrière, avec bien sûr la poignée dissimulée dans le montant de custode, tout comme la version berline de la R5 qui sera présentée en février prochain.

Disons-le dès le départ, il n’y a pas de projet de Renault 5 break dans la gamme de la marque au losange. La R5 ne sera disponible qu’en version berline à 5 portes. Un modèle « break » pourrait cannibaliser la future Renault 4 Fourgonnette attendue en 2025.

Néanmoins, dès les débuts de la Renault 5 en 1972, une variante break avait été imaginée. Il s’agissait d’un break de chasse élégant à trois portes, avec une décoration en faux bois sur les flancs et de grandes baies vitrées à l’arrière, correspondant à la tendance de l’époque. Ce modèle rappelait les grands breaks américains contemporains qui rendaient hommage aux Woody’s d’antan en affichant du film venilia sur les ailes et les portes. Bien que ce projet n’ait jamais été réalisé en série, la réalisation la plus proche était la Renault 5 Durisotti, qui était davantage orientée vers un utilitaire de type fourgonnette que vers un break de chasse à la manière d’une Aston Martin.