Autozen : le blog auto au cœur de l'actualité automobile

Nombre de ventes annuelles potentielles de la Renault 5 ?


Si la nouvelle Renault 5 ne pourra probablement pas égaler les performances de son ancêtre lors de ses meilleures années, elle pourrait néanmoins obtenir de bons résultats dans les prochaines années si la production est assurée.

Aux heures de gloire de la Renault 5

À l’époque où la Renault 5 était au sommet de sa gloire, plus de 400 000 unités étaient vendues chaque année en Europe. C’est une performance remarquable compte tenu des ventes actuelles des modèles de Renault. Aucun modèle n’atteint ce chiffre, et seulement quelques-uns atteignent même la moitié de ce chiffre sur une année complète. Mis à part le Captur et la Clio, dont les ventes sont tout à fait honorables, il est donc difficile de réitérer ces exploits. Cela est d’autant plus vrai pour les véhicules électriques, qui se vendent encore moins que les hybrides ou les véhicules thermiques. Il est donc peu probable que Renault puisse espérer des ventes exceptionnelles pour la R5 si tôt, alors que les véhicules électriques ne représentent actuellement que 15 à 20 % de parts de marché.

Retour à la case départ

C’est l’usine de Douai qui produisait déjà les R5 lors de leur lancement au début des années 70, et c’est cette même usine qui accueille aujourd’hui la nouvelle génération électrique. Bien que la R5 semble bien équipée et qu’elle arrive dans un contexte favorable pour dépasser les ventes de la Zoe, qui n’a pas dépassé les 100 000 unités en 2020 (en moyenne, les ventes annuelles de la Zoe tournaient autour de 40 000 exemplaires entre 2007 et 2023), elle aura du mal à surpasser la Clio.

Lisez aussi  Hyundai ST1 : l'électro-utilitaire du futur

Plusieurs facteurs limitatifs pourraient bloquer Renault. Tout d’abord, la capacité totale de l’usine de Douai, qui tourne autour de 300 000 véhicules par an à pleine cadence. De plus, il faudra produire suffisamment de batteries pour fabriquer un maximum de R5. La gigafactory Envision, également située à Douai, produira dans un premier temps seulement 9 GWh de batteries par an, ce qui permettra d’alimenter 200 000 véhicules électriques. Cependant, la R5 n’est pas le seul modèle électrique de Renault ! Les batteries seront également utilisées pour la Renault 4 et probablement pour la future Twingo. Heureusement, le site a reçu un soutien financier massif de l’Europe de l’ordre de 450 millions d’euros pour augmenter la capacité à près de 30 GWh d’ici 2030.

Faire aussi bien que la Clio ? Pas pour tout de suite

Le cabinet Inovev estime que les ventes annuelles de la R5 atteindront 100 000 unités d’ici 2030, tous marchés confondus, puis 200 000 unités par an entre 2030 et 2035 (il s’agira alors de la remplaçante de la R5, dont on ne sait encore rien pour l’instant, car il faudra également gérer le cas de la Clio…), et éventuellement 400 000 unités par an après 2035. Ce n’est qu’à ce moment-là qu’une voiture électrique pourrait se vendre aussi bien que le best-seller actuel, la Clio. Il ne faut pas oublier que Renault prévoit de lancer une nouvelle génération de Clio après 2026, qui sera à nouveau thermique et hybride. Nous sommes donc encore loin du grand remplacement, d’autant plus que le directeur général de Renault semble maintenant plaider pour un report de l’interdiction des moteurs à combustion après 2035.

Lisez aussi  Hertz regrette-t-il ses Tesla en masse ?

Comparez les vraies autonomies des meilleures voitures électriques d’après notre cycle de mesures normalisé. Capacité de batterie, consommation, autonomie, on vous dit tout !