Autozen : le blog auto au cœur de l'actualité automobile

Dacia : Que peut bien faire pour renouveler sa Spring et rester l’électrique la moins chère du marché ?


La Dacia Spring ne sera plus seule sur le marché mondial car la Citroën ë-C3 a l’intention de lui faire concurrence. Cela pose la question de l’avenir de la marque roumaine et de sa capacité à rebondir. Voici quelques éléments de réponse.

Le marché du véhicule électrique en Europe

Aujourd’hui, le véhicule électrique représente 20 % du marché européen. Cela signifie qu’une voiture neuve sur cinq est un modèle électrique. Cette part devrait continuer à croître, notamment avec l’arrivée de nouveaux modèles électriques sur le segment B des berlines polyvalentes entre 2024 et 2025, tels que la Renault 5 E-tech, la Citroën ë-C3 et la Volkswagen ID.2. La hausse des prix du carburant contribue également à cette progression.

Le risque de Dacia avec sa Spring

Dacia prend un gros risque en ne proposant que sa Spring, qui est déjà à mi-vie, comme unique modèle électrique. La marque roumaine du groupe Renault mise énormément sur la close de revoyure de 2026 auprès de l’union européenne concernant les carburants de synthèse. Si cette mesure est adoptée, Dacia pourra continuer à proposer sa gamme thermique jusqu’en 2030.

Le défi de remplacer la Dacia Spring

La taille réduite de la Dacia Spring, qui était autrefois un avantage, pourrait maintenant se retourner contre elle. L’arrivée prochaine de la Citroën ë-C3 à 23 300 € et la future version d’accès au prix plancher de 19 990 € pourraient remettre en cause la position de la Spring sur le marché. Heureusement, Dacia a un calendrier favorable puisque la ë-C3 « low-cost » arrivera après la Spring.

Lisez aussi  Nouveaux visages des électriques : Opel Combo, Zafira et Movano

Les hypothèses pour la suite de la Spring

Deux hypothèses sont envisagées pour remplacer la Dacia Spring. La première serait d’électrifier le Renault Kiger, un SUV urbain né en Inde pour les marchés émergents. Ce véhicule a des dimensions similaires à celles de la ë-C3, ce qui lui confère une habitabilité et une capacité de chargement comparables. De plus, son prix de revient est maîtrisé. Cependant, la fabrication en Inde entraînerait la perte du bonus CO2.

Une autre possibilité serait de remplacer la Spring par un modèle dérivant de la Renault 4 E-Tech de 2025. Cette option permettrait de bénéficier d’une fabrication en France ou aux portes de l’Europe, ce qui permettrait de conserver le bonus CO2. De plus, l’image « outdoor » de cette rustique 4L rebadgée Dacia serait en accord avec l’identité de la marque. Cependant, la conception de ce véhicule serait plus coûteuse en raison de ses dimensions plus imposantes.