Autozen : le blog auto au cœur de l'actualité automobile

Copie brouillonne du Tesla Cybertruck exposée à Los Angeles


Une entreprise basée dans la Silicon Valley présente « son » Tesla Cybertruck. Les images de synthèse étaient prometteuses, mais le prototype exposé sur le salon est réellement décevant.

Le Aitekx RoboTruck : entre rêve et réalité

Entre le rêve et la réalité, il y a souvent une marche qui peut être très grande. Exposé au salon de Los Angeles 2023 qui a ouvert ses portes vendredi 17 novembre et se tiendra jusqu’au lundi 27 novembre, le prototype du Aitekx RoboTruck dont les lignes comme la philosophie s’inspirent grandement de celles du Tesla Cybertruck, en témoigne.

Quand la 3D fait bonne impression

Jusqu’alors, la firme implantée dans la Silicon Valley, qui se revendique innovante et base ses recherches en e-mobilité sur l’intelligence artificielle, n’avait présenté que des images de synthèses savamment retouchées de son RoboTruck 1T. Des visuels valorisants et laissant augurer une qualité de fabrication de haute volée. Dès lors, le prototype bien réel exposé au salon californien était attendu au tournant.

Simple ou double cabine

Long de 4,77 m à 5,03 m, ce pick-up sera livrable en versions à simple et à double cabine. Il bénéficiera d’une architecture à deux moteurs électriques dont la puissance n’a pas encore été indiquée. En revanche, le prix débutera à 45 000 $ et grimpera jusqu’à 99 000 $. Pour mémoire, Tesla a indiqué un prix de 39 000 $ pour son CyberTruck monomoteur et à partir de 49 000 $ pour celui doté de deux machines électriques. Confiante mais également très, voire trop, inspirée par Tesla, la firme Aitekx indique que des portes de type papillon s’ouvrant à la manière de celles d’un Tesla Model X seront aussi proposées.

Lisez aussi  BYD, champion chinois de la voiture électrique, anticipe bénéfices nets sans précédent.

Un prototype fini à la va-vite

De bien belles promesses malheureusement desservies par la réalisation très médiocre du prototype exposé au L.A. Autoshow. On n’a qu’une seule occasion de faire une première bonne impression, visiblement trop empressés d’occuper le terrain, les dirigeants d’Aitekx l’ont oublié.