Autozen : le blog auto au cœur de l'actualité automobile

Comment BYD contournent les droits de douane pour voitures fabriquées en Chine?


La Turquie a signé un accord d’un milliard de dollars avec le premier constructeur mondial de véhicules électriques pour l’ouverture d’une usine.

BYD va ouvrir une usine en Turquie pour se rapprocher du marché européen


Si BYD est le constructeur chinois le moins taxé par les nouveaux droits de douane supplémentaires décidés par l’Europe – 17,4% contre 37,6% pour SAIC, propriétaire de MG –, sa volonté n’en reste pas moins de continuer son ascension sur le Vieux Continent. Et quoi de mieux, dès lors, que de se rapprocher au maximum du marché que l’on vise ?

C’est ainsi que le premier constructeur mondial de véhicules électriques, et également numéro un mondial sur le marché de la batterie électrique, cherchait à s’implanter sur le marché européen. Ce sera bientôt chose faite, suite à l’accord signé ce lundi 8 juillet 2024 avec la Turquie, entérinant l’ouverture d’une usine sur son territoire.

Un investissement colossal et de nombreux emplois directs


L’accord a été signé en grande pompe au palais de Dolmabahce, à Istanbul, par le ministre turc de l’Industrie et de la Technologie, mais aussi en présence du président turc Recep Tayyip Erdoğan. La cérémonie a même été retransmise par les médias turcs. Il faut dire que l’investissement prévu est colossal : plus d’un milliard de dollars, pour une usine qui devrait créer pas moins de 5 000 emplois directs.

Selon le consultant indépendant Levent Taylan, cité par l’AFP, BYD vise aussi bien le marché local, entre 20 000 et 25 000 véhicules par an, que l’Europe, entre 50 000 et 75 000 voitures. Pour l’heure, on ne sait pas exactement où s’installera la nouvelle usine, si ce n’est qu’elle prendra place sur un terrain offert gracieusement à BYD, et qui initialement devait accueillir une usine Volkswagen, dans la province de Mina, près de la ville côtière d’Izmir.

Lisez aussi  La Chine met-elle fin à l'Europe en voitures électriques ?

Une excellente porte d’entrée sur le marché européen


Avec une capacité de production de 150 000 véhicules par an, cette nouvelle usine turque de BYD est une excellente porte d’entrée sur le marché européen. En effet, l’union douanière conclue par le pays avec l’UE fin 1995 a ouvert le marché européen aux voitures produites en Turquie. BYD pourra donc diffuser ses véhicules sur le Vieux Continent comme bon lui semble, et sans être frappé des droits de douane récemment mis en place à l’encontre des voitures électriques produites en Chine.

Il faut rappeler que la Turquie accueille déjà de nombreux constructeurs sur son territoire, avec des usines pour Ford, Fiat, Toyota ou encore Renault. Par ailleurs, BYD s’est déjà ouvert les portes de l’Europe avec la construction, actuellement en cours, d’une autre usine en Hongrie, de capacité identique à la turque, et qui devrait ouvrir avant 2026.