Autozen : le blog auto au cœur de l'actualité automobile

Quelles sanctions pour alcool au volant ? On vous dit tout.


Avec la réouverture des terrasses et la possibilité de prendre un apéro entre amis, il est facile de se retrouver à boire quelques verres d’alcool. Toutefois, il est important de ne pas prendre le volant après avoir trop bu, que ce soit le soir ou en journée. Cette action comporte de graves risques et est bien entendu strictement interdite. Mais quelles sont les conséquences en France en cas de contrôle ? Nous allons tout vous expliquer.

Seuil réglementaire du taux d’alcool au volant

Pour les cas généraux, le taux d’alcool maximum autorisé en France est de 0,5 g/l de sang, soit 0,25 g/l d’air expiré. Si vous êtes encore en période probatoire ou en conduite accompagnée, le taux d’alcool maximum autorisé passe à 0,2 g/l de sang, soit 0,1 g/l d’air expiré.

Sanctions encourues

Conduire un véhicule avec un taux d’alcool élevé dans le sang présente de gros risques pour soi mais aussi pour les autres, et entraîne par conséquent de lourdes sanctions.

Amende

Même en l’absence de tout signe d’ivresse, lorsque le taux légal est dépassé vous serez sanctionné par une amende dont le montant peut aller jusqu’à 750€.

Taux d’alcool compris entre 0,5 et 0,8 g/l de sang et 0,2 et 0,8 g/l pour les jeunes conducteurs

Votre véhicule peut être immobilisé

6 points retirés du permis de conduire

PV de 135€

Peines complémentaires :

  • Suspension du permis de conduire pour une durée de 3 ans maximum
  • Interdiction de conduire un véhicule non équipé d’un dispositif homologué d’éthylotest anti-démarrage (EAD) pendant 3 ans maximum
Lisez aussi  200 000 € rapporteraient chaque voiture-radar privatisée.

Taux d’alcool de 0,8 g/l de sang ou plus

Les forces de l’ordre peuvent vous confisquer votre permis pendant 72 heures maximum

Votre véhicule peut être immobilisé

6 points retirés du permis de conduire

Vous risquez aussi des sanctions judiciaires :

  • Amende pouvant aller jusqu’à 4 500 €
  • Peine d’emprisonnement de 2 ans maximum
  • Suspension du permis pour une durée de 3 ans au plus (sans aménagement possible en dehors de l’activité professionnelle)
  • Annulation du permis et 3 ans maximum d’interdiction de demander un nouveau permis
  • Peine de travail d’intérêt général
  • Peine de jours-amende
  • Interdiction de conduire certains véhicules, y compris les véhicules sans permis, pour une durée de 5 ans au plus
  • Obligation d’accomplir, à vos frais, un stage de sensibilisation à la sécurité routière
  • Interdiction de conduire un véhicule non équipé d’un dispositif homologué d’éthylotest anti-démarrage (EAD) pendant 5 ans maximum
  • Confiscation de votre véhicule

Éthylotest dans l’habitacle

Afin d’être sûr de ne pas prendre le volant en état d’ivresse, vous pouvez vous munir d’un éthylotest dans l’habitacle de votre véhicule. Le meilleur moyen de ne pas risquer de PV et/ou d’accident de la route.