Autozen : le blog auto au cœur de l'actualité automobile

Lotus Emeya vise la Porsche Taycan : l’anglaise électrique


Lotus confirme sa volonté de changer de dimensions et de clientèle en introduisant une berline 4 portes zéro émission de style grand tourisme. Après le SUV Eletre, la marque vise clairement Porsche.

Lotus présente Emeya, sa nouvelle berline électrique

La marque automobile Lotus, connue pour ses modèles sportifs et légers, poursuit sa tradition des patronymes commençant par la lettre « E » avec sa nouvelle berline électrique, Emeya. Malgré la transition vers l’électrique, Lotus reste fidèle à cette tradition héritée de la période où elle appartenait à la marque anglaise, même après son acquisition par le constructeur chinois Geely.

Un défi pour l’ADN de Lotus

Le marché automobile évolue rapidement vers l’électrique en Europe et en Chine, ce qui pose un défi pour Lotus et son ADN axé sur les modèles de petite diffusion, sportifs et légers. En effet, pour allier performance et autonomie dans une voiture zéro émission, une énorme batterie est nécessaire. La batterie de l’Emeya atteint 102 kWh, représentant plus de la moitié du poids des Lotus thermiques récentes. Colin Chapman, le créateur de Lotus, connu pour sa maxime « le poids c’est l’ennemi », voit ainsi sa vision contredite. Cependant, les ingénieurs de Lotus ont affirmé que c’était un choix inévitable pour la survie de la marque face aux nouvelles tendances du marché automobile.

Un modèle plus grand et luxueux

L’Emeya est la deuxième voiture électrique de Lotus et se différencie des modèles précédents par sa taille et son luxe. Il s’agit d’une grande berline 4 portes et 4 places mesurant 5,1 mètres, destinée à une clientèle plus large. Lotus vise une production de 150 000 unités par an d’ici 2028. Pour séduire cette clientèle exigeante, l’Emeya propose des matériaux nobles et recyclés, tels que du cuir Napa et des plastiques recyclés. L’intérieur de la voiture offre également un niveau de luxe supérieur avec un système audio haut de gamme conçu par le fabricant anglais KEF. Pour concilier confort et maintien de caisse, l’Emeya est équipée d’une suspension pneumatique et d’un amortissement adaptatif.

Lisez aussi  L'électromobilité facilitée par l'hybride

Des performances impressionnantes

L’Emeya est propulsée par deux moteurs électriques totalisant 905 ch et 985 Nm de couple. Grâce à une boîte de vitesses à deux rapports pour le moteur arrière, la voiture peut atteindre 100 km/h en 2,78 secondes. De plus, le couple instantané permet des relances rapides, avec une accélération de 80 à 120 km/h en moins de deux secondes. Cependant, l’absence de fonction Torque Vectoring et de quatre roues directrices, présentes chez ses concurrentes, impose d’attendre la production de l’Emeya pour évaluer ses performances en virage. Lotus promet cependant un système de freinage digne de la compétition.

Une autonomie et une recharge performantes

L’Emeya devrait offrir une autonomie similaire à celle de l’Eletre, jusqu’à 600 km. Grâce à sa batterie fonctionnant en 800V, la voiture peut être rechargée à une capacité maximale de 350 kW sur les bornes rapides, ce qui permet une recharge de 150 km en 5 minutes et de 10 à 80% en 18 minutes. Cela assure une réelle polyvalence à cette voiture de grand tourisme. Cependant, le prix de l’Emeya devrait également être à la hauteur de ses performances et de son luxe.